Johann Le Guillerm à la Friche – Marseille

A voir absolument ! Johann Le Guillerm, en ce moment à la Friche de la Belle de Mai dans le cadre de la Biennale internationale des arts du cirque à Marseille. Il explore notre monde de son oeil d’équilibriste. Entrez dans la matière avec lui, un fabuleux voyage ! Regarder, rêvez, sentir l’imperceptible. Un univers inspirant, une vision à la fois scientifique et emprunt de magie !
Télérama en 2008 quand J. Le Guillerm exposait au festival d’Avignon :
Inventeur équilibriste, Johann Le Guillerm a bâti un univers singulier.

Certains artistes ont à résoudre des questions infinies, au point qu’ils s’y attachent comme au grand oeuvre de leur vie : c’est une rumination intérieure qui ne cesse pas. Depuis qu’il a posé le pied sur une piste de cirque, Johann Le Guillerm est du nombre. Peut-être même déjà avant sa naissance se demandait-il gravement, front plissé, regard songeur : « Qu’est-ce qu’un point ? »

Naissance d’un univers qui n’a plus fini de grandir. Il n’en a plus bougé depuis, quelles que furent les couleurs d’une carrière déjà longue (ex-Archaos, ex-Volière Dromesko, ex-Cirque O, enfin Cirque ici, son enseigne actuelle et exclusive). D’ailleurs, ça ne pouvait plus s’arrêter. Qu’est-ce qu’un point dans l’espace ? En fait-on jamais le tour ? Ce point n’accède-t-il à une quelconque existence que lorsqu’il est en mouvement ? Contient-il à l’intérieur de son noyau les conditions de cette mise en mouvement ? Et si le corps d’un individu est la somme des points qui le composent, alors, cela veut-il dire que les questions susdites s’appliquent à celui-ci ?

Invité cette année, comme en 2004, au festival d’Avignon, Johann Le Guillerm en aura été de bout en bout l’une des présences les plus insistantes et les plus familières. Comme s’il était devenu le grillon du foyer. Un spectacle, Secret, une exposition, « Monstration », des sculptures disséminées dans la ville, « Architextures », un objet en passe de basculer dans le mythe, « La Motte » : l’ensemble étant regroupé sous le terme générique d’« Attraction ». C’est que le cirque selon Le Guillerm est un univers en expansion autant que l’univers en réduction. Alors, son corps cuirassé au centre de la piste, presque intemporel, capable de soumettre à ses volontés le bois et le fer, n’est pas différent, lorsqu’il se met en mouvement, de cette « Motte » herbeuse, elle aussi en mouvement, que l’on a longtemps crue chimérique et dont le tracé sur le sol fait maintenant surgir une écriture.

Au fil des ans, en creusant toujours plus profond à l’intérieur du point, comme s’il s’agissait d’un puits artésien, Johann Le Guillerm a créé une mesure des choses et du temps. Un langage à venir, une oeuvre pour aujourd’hui, parmi les plus insondables qui soient. Quand on y pense, la poésie n’est pas autre chose.

Daniel Conrod

Tout les renseignements sur l’exposition son sur le site : www.lafriche.org

Et si l’expo vous questionne, je pense que c’est normal ! Ici un site avec quelques réponses : complexitys.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s